Accueil » La myopie, un défaut visuel très répandu !
Défauts visuels

La myopie, un défaut visuel très répandu !

Peut-être faites-vous partie des 29% de Français atteints par cette déformation de l’oeil qui affecte la vision lointaine ? Si vous êtes une femme, vous avez même deux fois plus de risques de souffrir d’une forte myopie qu’un homme. Mais rassurez-vous, célèbres ou anonymes, la myopie touche indifféremment chacun d’entre nous ;  ainsi Carole Bouquet, Nicole Kidman ou encore Claudia Schiffer sont myopes, elles aussi, et n’hésitent pas à arborer leurs élégantes montures, à la ville comme à l’écran. Alors êtes-vous myope comme un top ?
Le regard de la société sur les myopes a néanmoins changé et l’expression déclamée sous forme de moquerie « T’es myope comme une taupe » ne trouve, fort heureusement, plus beaucoup d’écho de nos jours. L’apparition des lentilles ainsi que les progrès en optique ont permis de jeter aux oubliettes de l’histoire les hublots d’antan qui faisaient office de lunettes.
Mais cette myopie jadis décriée, comment se manifeste t-elle ? Quels en sont les symptômes, comment en évaluer son importance et surtout, comment la corriger ?
Mon oeil vous explique tout sur ce trouble de la vision de plus en plus répandu… une véritable épidémie de myopie !

Myopie : comment se manifeste ce défaut visuel ?

Ce trouble de la vision, très répandu puisque touchant environ un tiers des adultes en Europe et aux USA, est caractérisé par une vision correcte de près, mais floue de loin.
Pour quelle raison ? Parce que l’oeil est trop long par rapport à la distance focale du cristallin. L’oeil trop long va bomber la cornée, les rayons lumineux seront donc focalisés non pas sur la rétine mais en avant de celle-ci.
La myopie simple commence généralement à se manifester au moment de l’enfance ou de l’adolescence, puis évolue jusqu’à l’âge de 20 ans où elle se stabilise. On parle alors de myopie axile. Les deux yeux sont affectés de façon sensiblement égale.
Un autre type de myopie d’ordre pathologique, due à des lésions du fond de l’oeil d’origine vasculaire, connaît une évolution tout au long de la vie et engendre une altération profonde de la vision qui peut atteindre -20 dioptries, voir davantage.

La myopie et ses différents niveaux

Les personnes touchées par la myopie présentent des degrés d’atteinte variables, se traduisant naturellement par une vue plus ou moins altérée. L’altération visuelle des personnes myopes est mesurée en dioptries. On indique donc un chiffre précédé du signe moins.
On distingue globalement trois stades de myopie :
myopie légère : comprise entre -0,25 et -3,
myopie moyenne : comprise entre -3 et -6,
myopie forte : au-delà de -6 dioptries.

Quels sont les symptômes de la myopie ?

  • Une diminution de l’acuité visuelle de loin. La distance à partir de laquelle la vision ne sera plus nette varie d’un individu à l’autre, mais dans les cas de fortes myopies, les objets situés à seulement quelques dizaines de centimètres peuvent être hors du plan de netteté.
  • Une tendance à se rapprocher afin de voir plus net (signe caractéristique de la myopie débutante).
  • Des difficultés éprouvées lors de la conduite.
  • Des céphalées.

Quelles sont les causes d’apparition de la myopie ?

Les causes de la myopie sont à la fois génétiques et environnementales. Le facteur héréditaire est important, le risque d’être atteint de myopie étant plus élevé si l’un des deux parents est touché. Plus de 20 régions génétiques identifiées pourraient abriter des gènes impliqués dans la myopie et plusieurs facteurs peuvent potentiellement favoriser son apparition :
• une exposition prolongée devant des écrans,
• un surcroît de luminosité lors, par exemple, d’une exposition au soleil sans lunettes,
• une carence en vitamines D, E et A,

• un manque de lumière naturelle qui perturberait la croissance de l’oeil,
• une pratique excessive d’activités forçant les yeux à travailler de près (lecture, couture, joaillerie, jeux vidéo…).

L’explosion actuelle du nombre de personnes touchées par la myopie à travers le monde est principalement due à nos modes de vie et notamment au nombre d’heures en forte progression passées devant des écrans (ordinateurs, tablettes, smartphones, consoles…). La présence de la myopie au sein des différentes populations varie en fonction de l’âge, de l’environnement ainsi que de la zone géographique. Si la Haute Autorité de Santé (HAS) estime que 29% de la population française serait myope, ce taux grimpe à 80 voir 90% au regard des enfants scolarisés dans les pays asiatiques comme la Chine, le Japon ou Taïwan. Et encore faut-il préciser que parmi ces enfants atteints de myopie, 10 à 20% d’entre eux présentent une myopie forte pouvant entraîner de graves complications.

Complications possibles de la myopie

Fort heureusement, dans une majorité de cas, la myopie simple ou axile, se corrige bien et ne pose pas de problèmes particuliers dans la vie courante. Stabilisée vers 20 ou 25 ans, elle reste généralement contenue sous les -6 dioptries.
La myopie pathologique est pour sa part évolutive et nécessite donc un suivi régulier ainsi qu’une adaptation continue de la correction optique. Ceci d’autant que la myopie et en particulier les fortes myopies, peuvent accroître le risque de développer une maladie oculaire grave comme :
• un glaucome (une atteinte du nerf optique),
• une cataracte (une opacification du cristallin),
• un décollement de la rétine pouvant mener à la cécité,
• une hémorragie de la partie centrale de la rétine.

Comment corriger la myopie ?

Concernant la correction de ce trouble de la vision, il est possible de distinguer deux types de solutions, à savoir le port de lunettes ou de lentilles et la chirurgie réfractive au laser.
Les lunettes et lentilles corrigent aisément la myopie en adoptant des verres concaves qui permettent de rééquilibrer les faisceaux lumineux en faisant reculer le point de convergence sur la rétine et non plus devant.
Globalement, plus la myopie est forte, plus les verres seront épais, mais grâce aux technologies actuelles, le porteur n’aura plus à supporter des verres très épais à l’effet « cul de bouteille ».
Le port de lunettes : il s’agit de la méthode la plus ancienne et la plus répandue, domaine révolutionné par les progrès de l’optique dont les verres considérablement amincis ne suscitent plus les regards moqueurs ou sarcastiques d’autrefois. L’apparition de verres progressifs, anti-reflets, tout à la fois très minces et légers, offrent la possibilité de s’équiper de la monture de son choix, même les grands créateurs proposent leurs modèles. Rondes, ovales, carrées, en titane, en bois ou en écailles, les lunettes font leur show, deviennent tendance tel un accessoire de mode. Le myope porteur de lunettes n’est plus un ringard mais une véritable star !
Le port de lentilles oculaires : pour celles et ceux qui sont soucieux de leur apparence, il est également possible d’opter pour des lentilles correctrices. Souvent moins chères, très pratiques et surtout d’une discrétion absolue, elles peuvent se porter en alternance avec des lunettes. Parce qu’il est parfois fatiguant de porter des lentilles en permanence, le port de lunettes en soirée ou le week-end peut participer au repos et confort de vos yeux. Quoi qu’il en soit, la myopie est presque devenue une coquetterie. Sharon Stone en personne, n’est-elle pas l’égérie d’un célèbre opticien ? Myope comme un top, ainsi pourrions-nous définir le clan des stars touchées par la myopie, qu’elles se nomment Claudia Schiffer, Ava Gardner ou encore Julia Roberts !
La chirurgie réfractive de la myopie : pour celles et ceux qui ne sont pas adeptes de solutions optiques correctrices, qui ne supportent pas, ou plus, de voir le monde derrière des verres, la chirurgie offre la possibilité d’une correction sans lunette, ni lentille. Quel en est le principe et comment se pratique t-elle ? La chirurgie réfractive cornéenne de la myopie fait appel au laser (LASIK ou PKR) afin de remodeler la surface de la cornée à laquelle il est nécessaire d’ôter du pouvoir de focalisation en réduisant sa cambrure. On distingue trois étapes durant l’intervention LASIK :
• la découpe d’un capot cornéen,
• le traitement laser,
• la repose du capot.
Le temps d’intervention ne dépasse pas 10 à 15 minutes et est totalement indolore grâce aux collyres anesthésiants.

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Vote comptabilisé : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à l'évaluer

Catégories

septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930