Accueil » De quels matériaux vos verres de lunettes sont-ils constitués ?
Innovation

De quels matériaux vos verres de lunettes sont-ils constitués ?

Avant de choisir une paire de lunettes ophtalmiques, la majorité d’entre nous s’interroge sur la forme, le confort ou encore la couleur et c’est bien légitime, mais savez-vous de quel matériau sont composés vos verres ? S’agit-il de verre minéral comme le nom le laisse supposer ? Possèdent-ils tous le même indice de réfraction ? Et d’ailleurs à quoi correspond cet indice ?
Sachant que le choix du matériau influencera le poids de vos lunettes, mais également leur résistance aux chocs, leur esthétique ainsi que la filtration des UV, il nous a semblé essentiel de faire un tour d’horizon des différentes options proposées.

Que désigne l’indice de réfraction d’un matériau ?

Tout matériau est caractérisé par un indice de réfraction qui permet de décrire le comportement de la lumière dans un milieu différent du vide.
Si l’indice de réfraction n’a pas d’unité de mesure, il possède une formule de calcul.
Ainsi, l’indice de réfraction s’obtient en divisant la vitesse de la lumière dans le vide par la vitesse de la lumière dans le milieu étudié.
La vitesse de la lumière dans le vide étant indépassable, l’indice de réfraction est toujours supérieur à 1.

Quelle incidence l’indice de réfraction des différents matériaux composants nos lunettes peut-il avoir en termes pratiques ?
L’indice peut par exemple fournir une indication sur l’épaisseur du verre. Plus cet indice est élevé, plus le verre sera mince avec pour conséquence un confort et une esthétique accrue. Cet indice est représenté sous la forme d’appellations : organique 1,5; organique 1,6…

Les verres de lunettes organiques

Il s’agit ici du matériau le plus répandu, puisque environ 90% des verres de lunettes organiques sont constitués de plastique durci, ce qui le rend plus résistant aux rayures et aux chocs tout en conservant sa légèreté.

Différentes qualités de verre organique sont représentées, du matériau de base en allant vers les les verres organiques les plus fins. Plus l’indice de réfraction sera élevé, plus le verre sera fin.

Même si la gamme d’indices des verres organiques est moins étendue que celle des verres minéraux, ils demeurent néanmoins compatibles avec la majorité des traitements comme la teinte ou l’antireflet. En outre, ces verres organiques filtrent 95% des rayons UV contre seulement 85% des verres minéraux.

Parmi les verres organiques, cohabitent deux sous-catégories :
• Les verres organiques thermodurcissables : il s’agit d’un plastique durci avec la chaleur et ce de façon irréversible. C’est le matériau le plus utilisé en optique pour des raisons de commodité et de praticité.
• Les verres organiques thermoplastiques : à contrario du verre thermodurcissable, le verre thermoplastique fond sous l’effet de la chaleur ; on peut donc lui faire prendre les formes souhaitées.

Les verres organiques sont également compatibles avec la réalisation de verres photochromiques qui se teintent au soleil. Il faut alors ajouter une substance réactive à la radiation des rayons ultra-violets lors de la fabrication ce qui va influer sur la façon dont le verre absorbe la lumière.

Les verres de lunettes en polycarbonate

Constitué d’un matériau de synthèse, le polycarbonate conjugue les particularités d’une grande résistance aux chocs ainsi qu’une réelle légèreté. C’est le matériau le plus utilisé pour la fabrication des verres de lunettes de soleil, son poids plume permettant d’obtenir des verres de plus grande dimension sans impacter pour autant le poids de la monture.

Très apprécié des sportifs pour sa qualité et sa légèreté, ce matériau est également conseillé pour les montures invisibles (lunettes percées), ainsi que pour les enfants et les adolescents en raison de sa résistance aux chocs et de son pouvoir de filtration des rayons UV à 100%.

Malgré un coût de production plus élevé, le prix des verres fabriqués en polycarbonate ne se ressent pas réellement, étant compensé par une large diffusion en matière de lunettes solaires.

Les verres de lunettes en verre minéral

Matériau historique des verres de lunettes, le verre minéral possède pour avantage sa résistance aux rayures, sa large gamme d’indices de réfraction (de 1,5 à 1,9) et pour inconvénients majeurs, sa moindre résistance aux chocs et son poids, particulièrement pour ce qui concerne les fortes corrections.
Notons que ce type de matériau est également compatible avec la majorité des traitements des verres, tels que l’anti-reflet ou le photocromisme.
Ces verres minéraux étaient les plus courants jusque dans les années 80 et l’avènement des verres organiques, alors qu’ils ne sont plus utilisés aujourd’hui que dans des cas très spécifiques comme les amétropies prononcées.

Constitués d’un mélange de sable et de chaux chauffés à 1500°, le verre minéral, tout comme le polycarbonate, ramollit sous l’effet de la chaleur et peut donc prendre toutes les formes souhaitées.

Ces verres sont néanmoins déconseillés pour certains types de montures comme les Nylor ou les montures percées en raison de leur poids, ainsi que pour les enfants à cause des forts risques de casse en cas de chutes ou de chocs.

A savoir :

Chaque matériau peut voir certains de ses paramètres modifiés afin d’optimiser le rendu final de vos lunettes et garantir votre satisfaction.
Il est par exemple possible de modifier l’indice de réfraction d’un verre afin de parvenir à l’amincir, puisque comme nous l’avons évoqué précédemment, plus l’indice de réfraction est élevé et plus le verre sera fin pour une même correction.
Prenez donc conseil auprès de votre opticien…

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Vote comptabilisé : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à l'évaluer