Accueil » Changer la couleur de ses yeux : entre rêve et réalité
Particularité

Changer la couleur de ses yeux : entre rêve et réalité

Rêver d’avoir les yeux « couleur menthe à l’eau » n’est plus un rêve mégalo !
Songes d’une nuit d’été, perdus dans le regard bleu azur de Paul Newman ou Isabelle Adjani, vous rêvez du gris clair ou du vert intense que pourrait vous révéler votre miroir chaque matin.
Miroir, mon beau miroir, peut-on changer la couleur de ses yeux ?
Sans vous promettre les rarissimes reflets mauves des yeux de la reine Cléopâtre, alias Elisabeth Taylor, diverses techniques chirurgicales proposent aujourd’hui d’accomplir le rêve de certains d’entre nous, troquer nos yeux marrons très répandus pour des iris bleu intense ou vert transparent, plus rares et captivants. Ces procédés présentent-ils des risques pour nos yeux ? Quel regard le corps médical pose-t-il sur ces pratiques innovantes ? Dépigmentation au laser, implants colorés ou utilisation de colorant, monoeil.fr fait le point sur ces techniques chirurgicales et les risques qui y sont liés. Top départ pour un voyage au coeur de nos iris !

Quels sont les facteurs qui influencent la couleur de nos yeux ?

Afin de mieux cerner ce que proposent les techniques chirurgicales permettant de changer la couleur de nos yeux, il est essentiel de comprendre le mécanisme qui donne sa couleur à notre iris. L’iris, à l’origine de la couleur de nos yeux, est unique, propre à chaque individu, à l’instar de nos empreintes digitales. La couleur dominante de l’iris est déterminée par sa structure ainsi que par la densité des fibres collagènes du stroma antérieur.
Deux facteurs influent sur la couleur de notre iris. D’une part la densité en cellules mélanocytaires et d’autre part la densité des pigments contenus par ces cellules.
Donc, plus un iris contiendra de cellules mélanocytaires, elles-mêmes denses en pigments, plus la couleur tendra vers le marron foncé, contrairement aux yeux bleus qui en contiennent très peu.

Les différents procédés utilisés pour changer la couleur des yeux

Outre les lentilles de contact colorées sans correction et hors prescription médicale, nous allons passer en revue les trois techniques permettant de modifier la couleur naturelle de notre iris et bien sûr nous intéresser aux éventuels effets secondaires.

La dépigmentation au laser

Cette première technique permettant de changer la couleur des yeux consiste à utiliser un rayon laser afin de faire disparaître les pigments foncés de l’iris. Le praticien utilise un laser Yag appliqué sur la surface antérieure des tissus de l’iris dans le but de diminuer progressivement la concentration en mélanine.

Quels sont les risques inhérents à cette technique ?

Tout d’abord il est essentiel de bien comprendre que cette intervention de dépigmentation au laser est irréversible, donc quel que soit votre degré de satisfaction après l’opération, vous devrez en assumer les conséquences puisqu’aucun retour en arrière ne sera envisageable. Pour les inconditionnels des yeux bleus, soulignons que la dépigmentation de l’iris aboutit davantage à une couleur grise plutôt qu’un joli bleu azur.
Outre l’aspect esthétique, cette technique du laser Yag présente certains risques à commencer par les impacts du faisceau laser pouvant provoquer une inflammation de la couche superficielle de la cornée. La Société Française d’ophtalmologie dénonce également les risques inhérents à cette pratique, tel l’apparition de maladies graves comme le glaucome qui peut survenir suite aux pigments libérés par l’action du laser. De surcroît, les pigments de l’oeil ne jouent pas uniquement un rôle esthétique, leur fonction consiste également à protéger la rétine de la lumière et des UV. La décoloration de l’iris peut donc faire souffrir la rétine en la surexposant à la lumière et en créant un éblouissement irréversible nécessitant le port de lunettes solaires.

La kératopigmentation

Cette seconde technique consiste en une injection intracornéenne de pigments après avoir créé un tunnel grâce à un laser femtoseconde. Ce type de laser est identique à celui utilisé en chirurgie réfractive. Après tunnélisation, le pigment injecté recouvre la couleur initiale de l’oeil.

Quels sont les risques inhérents à cette technique ?

Contrairement aux arguments avancés par la société qui préconise cette méthode, elle ne serait pas véritablement sans risque. Tout d’abord, le corps médical, ne bénéficie pas d’un recul suffisant pour évaluer pleinement les risques d’une intervention dont l’objectif est de changer la couleur des yeux. La tolérance du pigment sur le long terme est par exemple très peu connue.
D’autre part, injecter un colorant dans la cornée, qui est un tissu transparent, peut altérer le bon fonctionnement de l’oeil en perturbant sa réaction à la lumière. La pupille, située derrière la cornée, joue le rôle du diaphragme d’un objectif en se rétractant en présence d’une forte lumière et en se dilatant dans l’obscurité. Le colorant, gênant ou empêchant la pénétration de la lumière dans l’oeil, perturbera donc le fonctionnement de celui-ci en basse luminosité ou dans l’obscurité. Enfin sur un plan esthétique, le résultat après intervention paraît peu naturel, peu flatteur, voir vitreux…

La pose de prothèses

Cette ultime méthode consiste à introduire un implant coloré en silicone entre l’iris naturel et la cornée. Une incision au laser femtoseconde est pratiquée afin d’insérer l’implant coloré qui va venir recouvrir l’iris naturel.

Quels sont les risques inhérents à cette technique ?

Une fois n’est pas coutume, commençons par une remarque sur l’aspect esthétique. Naturellement, notre pupille réagit à la lumière, en se contractant ou se dilatant, son diamètre varie et confère une expression différente à notre regard. Après la pose d’un implant, ces variations pupillaires ne sont plus visibles, le diamètre restant fixe. L’expression du visage peut donc sembler plus figée. Outre l’apparition inéluctable d’uvéites chroniques due au frottement entre l’iris et l’implant, l’inflammation intraoculaire provoquée par l’implant peut engendrer une augmentation de la pression intraoculaire. Notons enfin, que dans un nombre de cas significatifs, la pose d’implants artificiels en silicone a engendré des conséquences irréparables, tel le glaucome pouvant lui-même conduire à la cécité.

Que faut-il en conclure ?

Nous venons de voir que quelle que soit la technique proposée, changer la couleur de ses yeux n’est pas sans risques et rarement sans conséquences. Dès lors, si vous rêvez toujours des yeux bleus de Paul Walker ou Ryan Gosling, peut-être serait-il plus raisonnable de vous orienter vers des lentilles colorées dont vous pourrez choisir la teinte exacte le temps d’une soirée… avant d’en changer. Mieux vaut de jolies iris naturelles de couleur marron donnant de l’expressivité à votre regard, plutôt qu’une iris tirant sur le gris agrémentée de nombreux risques potentiels.
Je terminerai donc sur cette célèbre réplique : « T’as de beaux yeux tu sais ! » Vous ne me croyez pas ? Monoeil !

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Vote comptabilisé : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à l'évaluer

Catégories

octobre 2021
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Les mieux notés :