Accueil » Blépharoplastie, la chirurgie esthétique des paupières
Oculoplastie

Blépharoplastie, la chirurgie esthétique des paupières

Evoluant au coeur d’une société où l’apparence physique joue le rôle-titre, certains d’entre nous cherchent à combattre les outrages du temps, à ralentir le vieillissement, à reculer l’inéluctable par tous les moyens mis à leur disposition.
La blépharoplastie, de son nom scientifique, est poétiquement appelée la chirurgie du regard, ce regard qui nous caractérise et dont le reflet du miroir sonne comme un dictat de la beauté.
Le champ d’intervention de la blépharoplastie s’étend sur toute la région périphérique de l’oeil, englobant les sourcils, les paupières, les cils, les cernes… Une chirurgie visant à embellir notre visage en atténuant ou supprimant les petites imperfections, telles que les paupières tombantes, les poches et cernes sous les yeux… L’art de rendre à un visage fatigué un aspect plus serein et éveillé, la chirurgie du regard aurait tout aussi bien pu s’appeler la chirurgie de l’éclat.
Monoeil vous fait découvrir les arcanes de la magie du bistouri pour préserver votre beauté.

Quel est le champ d’investigation de la blépharoplastie ?

La blépharoplastie est pratiquée par des chirurgiens ophtalmologistes spécialisés en oculoplastie. Elle a pour objectif d’atténuer ou de supprimer les malformations héréditaires, dues à des maladies ou aux premiers signes du vieillissement, modifiant l’aspect naturel des paupières.
La blépharoplastie peut intervenir sur les deux paupières inférieures ou supérieures, voir même les quatre simultanément.

Consultation préopératoire pour une blépharoplastie

Comme pour toute intervention chirurgicale, un bilan préalable doit-être réalisé. Cet entretien avec son praticien spécialisé permet au patient d’exprimer précisément sa demande et ce qu’il en attend, et au chirurgien d’évaluer si l’intervention est justifiée et ne présente pas de contre-indications comme un trouble de la coagulation ou encore des antécédents de phlébite.

Lors de cette consultation préparatoire, un bilan ophtalmologique sera généralement effectué pour vérifier qu’il n’existe ni contre-indications, ni sécheresse oculaire excessive nécessitant un traitement préventif.
En outre, un laps de temps de 15 jours minimum devra être respecté entre la consultation préopératoire et la date de l’intervention, pour garantir un délai de réflexion suffisant au patient. Ce délai de réflexion est obligatoire concernant l’ensemble des actes à visée esthétique.

Les recommandations préopératoires

Le tabac pouvant provoquer des effets négatifs sur la cicatrisation, il est fortement conseillé d’arrêter de fumer au minimum un mois avant l’intervention.
Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être consommé durant les dix jours précédant l’opération.

Les différentes anesthésies proposées

Le choix d’un type d’anesthésie s’effectuera après discussion entre le chirurgien et le patient.

• L’anesthésie locale
• L’anesthésie vigile : il s’agit d’une anesthésie locale doublée d’une prise de tranquillisants administrés au patient par voie intraveineuse. Utilisée notamment dans les cas où l’intervention porte sur les quatre paupières.
• L’anesthésie générale : rarement pratiquée pour la blépharoplastie, elle est souvent réservée aux patients très anxieux.

Pour les anesthésies autre que l’anesthésie locale, un rendez-vous avec un médecin anesthésiste devra avoir lieu au moins 48 heures avant l’intervention.

Les différents types de blépharoplastie

On relève différentes interventions de blépharoplasties en fonction de la paupière opérée.

La blépharoplastie de la paupière supérieure
La blépharoplastie supérieure vise à corriger les paupières lourdes ou tombantes qui rendent le regard moins expressif.
L’intervention consiste à ôter l’excès de peau qui retombe, à lisser les plis au creux de la paupière supérieure, ceci afin d’ouvrir le regard.
L’incision est réalisée dans le sillon palpébral supérieur, ou plus communément, dans le pli de la paupière supérieure.
L’opération, pratiquée en ambulatoire, dure de 20 à 60 minutes en fonction du nombre de paupières à traiter et de l’importance du relâchement de la peau.
Les fils non résorbables sont retirés une semaine après l’intervention et la cicatrice est quasiment invisible après quelques mois.

La blépharoplastie de la paupière inférieure
Il s’agit ici de traiter la zone inférieure du contour de l’oeil pouvant-être marquée par des cernes, des plis ou des poches résultant de déplacement de tissus graisseux ou d’un stockage excessif d’eau dû à un dysfonctionnement de la micro-vascularisation.
Deux techniques opératoires cohabitent pour cette intervention :
Par voie cutanée : le chirurgien pratique une incision sous la ligne des cils à 1 ou 2 mm en suivant le sillon naturel puis en terminant dans un pli de la patte d’oie. D’une durée d’environ une heure, l’intervention aura lieu en ambulatoire ou en une journée et une nuit. L’anesthésie peut-être locale, générale ou sous sédation, pour éviter que le patient ne perçoive trop ce qui se passe autour de lui.
Lorsque l’intervention vise uniquement à traiter les poches sous les yeux ou hernies graisseuses, sans qu’il n’existe de relâchement cutané, le chirurgien opère par voie dite trans-conjonctivale, ce qui signifie qu’il passe par l’intérieur de la paupière afin de masquer l’incision sur la muqueuse interne.

Suites post opératoires de la blépharoplastie

Très peu douloureuse, la chirurgie de la blépharoplastie ne doit cependant pas être minimisée sur le plan des suites opératoires et en particulier pour ce qui concerne l’intervention sur la paupière inférieure qui présente davantage de risques d’ecchymoses et de gonflements en raison de l’excès de peau qui est retiré.
Outre les oedèmes et les bleus, sur lesquels le patient pourra appliquer des compresses glacées de sérum physiologique, le patient peut ressentir une gêne à l’occlusion complète des paupières pendant un laps de temps de 48 à 72 heures.
Un collyre d’hydratation, comme par exemple Hylovis, est systématiquement prescrit après l’intervention afin d’éviter les sécheresses oculaires ainsi qu’une sensibilité accrue à la lumière.
Il peut également être utile de porter des lunettes durant quelques temps dans le but de protéger ses yeux de la poussière et du vent.
Qu’il s’agisse d’une blépharoplastie des paupières supérieures ou inférieures, la reprise d’une activité normale, à savoir se maquiller, pratiquer une activité sportive, lire ou conduire, pourra intervenir dans un délai d’une semaine environ.

Les risques liés à la blépharoplastie

Les risques opératoires sont très faibles et les complications très rares, souvent liées à un problème chirurgical ou anesthésique. Néanmoins, comme pour toute intervention chirurgicale, les risques ne sont pas neutres.
Il peut arriver que le patient constate une insuffisance de résultats avec des paupières trop ou trop peu corrigées. Une réintervention sera alors nécessaire pour parvenir aux résultats attendus.
D’autres complications surviennent parfois de façon exceptionnelles. On peut relever des infections qui seront traitées par un collyre antibiotique, une vision double ou encore un hématome pouvant nécessiter une réintervention.

Quels sont les résultats attendus ?

S’appréciant de 4 à 6 semaines après l’intervention, temps nécessaire aux tissus pour qu’ils retrouvent leur souplesse, les résultats sont généralement très bons.
Le regard se trouve magnifié, retrouvant un aspect reposé et les paupières semblent recouvrer leur jeunesse.
Même si le vieillissement naturel poursuivra irrémédiablement son action, les bienfaits esthétiques de la bléroplastie pourront rester visibles de 7 à 10 ans, voir davantage si l’on suit une bonne hygiène de vie.

Prise en charge et remboursement de la blépharoplastie

Dans un premier temps, il est nécessaire de déterminer si l’intervention que vous souhaitez subir entre dans le champ de la chirurgie à visée esthétique ou dans celui à visée réparatrice ou reconstructrice.
L’assurance maladie prendra en charge uniquement les opérations de chirurgie réparatrice visant à supprimer une gêne fonctionnelle ou à redonner son intégrité au corps.
Ci-dessous quelques exemples de pathologies prises en charge à 100% par la sécurité sociale au tarif conventionnel :
paupière supérieure retombant sur les cils en exerçant une limitation du champ visuel,
paupière supérieure tombante ayant pour cause un relâchement du muscle releveur des paupières,
renversement du bord des paupières vers l’intérieur,
paupière inférieure très relâchée laissant entrevoir le blanc de l’oeil.
Notons que, même pour les cas de chirurgie réparatrice, la prise en charge par l’assurance maladie ne pourra avoir lieu que si l’intervention est pratiquée au sein d’un établissement public ou conventionné.
En outre, les dépassement d’honoraires ne pourront-être pris en charge et devront faire l’object d’un rapprochement auprès de votre mutuelle.

Quel est le coût d’une blépharoplastie ?

Nous vous donnons ici uniquement des prix à titre indicatif pratiqués sur le marché, sachant que ceux-ci varient en fonction de l’établissement, du lieu géographique, du chirurgien… :
• intervention sur une paupière supérieure : de 1 000 à 3 000 euros,
• intervention sur les deux paupières supérieures ou inférieures : de 2 000 à 3 000 euros,
• intervention sur les 4 paupières sous anesthésie générale et en ambulatoire : de 4 000 à 5 000 euros

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Vote comptabilisé : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à l'évaluer