Accueil » Alcool, les effets sur votre vue…
Prévention

Alcool, les effets sur votre vue…

Si chacun d’entre nous a entendu parler des effets nocifs de l’excès d’alcool sur notre santé, connaissez-vous les conséquences d’une absorption trop importante sur notre vue ? L’altération de la vue – caractérisée par une vision floue, un effet tunnel – est l’un des premiers phénomènes ressenti après avoir bu quelques verres d’alcool. En connaissez-vous les raisons ?
Outre les effets à court terme que nous passerons en revue, nous ferons le point sur les conséquences à plus long terme pouvant favoriser des maladies oculaires récitantes.
monoeil.fr vous explique pourquoi boire avec modération est une nécessité.

Les effets de l’alcool à court terme

Si les troubles de la vision se manifestent rapidement après la consommation des premiers verres, c’est parce que l’alcool affecte la vitesse de transmission des informations nerveuses en direction du cerveau. L’alcool à un effet de ralentissement sur la connexion entre nos neurotransmetteurs, altérant le passage de l’information ainsi que le fonctionnement des muscles oculaires. S’en suivent plusieurs conséquences, comme la perte de concentration et de mémoire, la diminution de l’acuité visuelle ou encore la réduction du champ de vision également appelé « effet tunnel ». Attardons-nous quelques instants sur ces effets à l’apparition très rapide.

  • Diminution de l’acuité visuelle : elle provient essentiellement d’une diminution de la vision périphérique après avoir consommé quelques verres d’alcool, celle qui vous permet d’avoir un large angle de champ de vision sans ressentir la nécessité de tourner la tête. Le temps de réaction de la pupille se ralentit et votre vision devient uniquement centrale d’où l’effet tunnel dont nous parlions précédemment. En parallèle la vision se brouille, devient floue et parfois double.
  • Syndrome de la sécheresse oculaire : savez-vous pour quelle raison nous avons souvent soif au petit matin après une nuit trop arrosée ? Simplement parce que l’alcool agit tel un diurétique qui accélère l’élimination des fluides par les pores de la peau, engendrant une déshydratation qui touche également notre système oculaire en produisant un phénomène dit des « yeux secs ». Ainsi ressentirez-vous des picotements, des démangeaisons ou encore une sensation de brûlure.
  • Phénomène des yeux rouges : lorsque nous faisons preuve d’une consommation excessive d’alcool, cette pratique réduit la quantité d’oxygène présente au sein de nos globules rouges ce qui va avoir pour conséquence la dilatation de très petits vaisseaux sanguins présents à la surface de notre oeil. Cette dilatation va ensuite entraîner un accroissement du flux sanguin au coeur de ces vaisseaux, d’où l’apparence très rouge de nos yeux au lendemain d’une soirée bien arrosée.
  • Des yeux fatigués : parce que l’alcool favorise la somnolence tout en perturbant votre sommeil paradoxal, parce qu’il modifie votre respiration tout en augmentant votre fébrilité, votre visage et vos yeux en particulier risquent fort d’être les témoins malencontreux de vos soirées de fête en arborant de disgracieuses poches gonflées sous les yeux… du plus mauvais effet.
  • Des paupières aux mouvements incontrôlés : une autre manifestation d’un excès d’alcool est caractérisée par des mouvements convulsifs des paupières sous forme de spasmes oculaires indolores mais suscitant l’agacement. Outre la consommation d’alcool, ces mouvements involontaires de la paupière peuvent être provoqués par le manque de sommeil, le stress ou encore la consommation excessive de café.

Les effets de l’alcool à long terme

Actuellement les recommandations officielles fixent la consommation journalière à 2 verres pour les femmes et 3 verres pour les hommes. Au-delà de ces chiffres, une consommation d’alcool excessive, qui plus est, étalée sur un long laps de temps, participera à une accélération du vieillissement de nos cellules et aura un impact plus durable et nocif sur nos yeux pouvant déboucher sur des maladies oculaires cécitantes. Quelles sont-elles ?

  • La cataracte : différentes études tendent à mettre en exergue une relation de cause à effet entre une consommation d’alcool élevée et régulière et la survenue de la cataracte qui se caractérise par l’apparition d’un voile blanchâtre recouvrant l’oeil. Une pathologie pouvant mener à la cécité si aucune action n’est menée mais qui s’opère très bien de nos jours, puisqu’il s’agit de l’intervention oculaire la plus pratiquée chaque année en France avec plus de 900 000 cas.
  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : la consommation excessive d’alcool est un facteur de risque dans l’apparition de cette pathologie qui nuit à la macula, dénomination de la partie centrale de la rétine.
  • L’oeil paresseux : son nom médical, amblyopie, désigne une déviation de l’axe de vision qui se caractérise soit par une dégénérescence très importante de l’acuité visuelle, soit par un strabisme ou encore un souci d’alignement général. L’amblyopie est un problème de développement touchant la communication entre l’oeil et le cerveau et pouvant-être causé par une consommation excessive d’alcool. Les conséquences d’un oeil paresseux peuvent être graves et entraîner une perte de la vision binoculaire, de la perception de profondeur ou encore un risque accru de perte d’acuité visuelle.

Point n’est question ici d’évoquer une addiction, ni davantage des restrictions, tout au plus une simple suggestion relative à la gestion de votre consommation.

Ainsi cette maxime pourrait-elle faire office de conclusion : « Si de l’alcool tu raffoles, avec modération devras-tu envisager son absorption »

Cet article vous a-t-il plu ?

Cliquez sur une étoile pour le noter !

Note moyenne : 0 / 5. Vote comptabilisé : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à l'évaluer

Catégories

septembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930